Sélection de ressources bibliques pour la croissance spirituelle

L’important, c’est sa volonté !

Bien souvent, on considère la prière comme un but en soi, comme le moyen de donner des ordres à Dieu ou alors comme le lieu de déversement de ce que l’on souhaite, sans prendre le temps de considérer véritablement ce qu’il désire, sans prendre le temps d’écouter son cœur, sa volonté. Et pourtant, c’est ça l’important pour voir l’exaucement de la prière !

On peut prier depuis des années et avoir besoin de ce rappel régulièrement. On peut prier depuis des années en étant désespéré car la prière, ça ne fonctionne pas. Mais nous agissons souvent comme voulant se servir d’un appareil électrique que nous n’aurions pas branché à la source.

Le Notre Père que l’on a tendance à mettre de côté dans notre vie de prière porte en lui l’ADN de mettre Dieu en premier.

Que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne, que ta volonté soit faite, sur la terre comme au ciel (la volonté de la terre n’est pas toujours celle de Dieu).

Jésus dira de lui-même qu’il ne fait pas autre chose que la volonté de son Père. C’est aussi dans ce but qu’il priait tous les jours : connaître sa volonté. Et le sermon sur la montagne met en avant le fait de chercher Dieu avant de chercher ce qu’on peut tirer de Lui.

Matthieu 7/21-23 : Ceux qui me disent : Seigneur, Seigneur ! n’entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux. Plusieurs me diront en ce jour-là : Seigneur, Seigneur, n’avons-nous pas prophétisé par ton nom ? N’avons-nous pas chassé des démons par ton nom ? Et n’avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom ? Alors je leur dirai ouvertement : Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l’iniquité. 

Cette parole est toujours trop dure lorsque nous la lisons. Mais ce n’est pas parce que l’on fait des miracles que l’on est forcément en relation avec Jésus ou que nous les faisons avec l’amour de Christ (1 Corinthiens 13).

Dans nos prières, nous demandons à Dieu de nous exaucer de telle ou telle manière, car nous avons notre scénario dans notre tête. Seulement, face à certaines situations, il y a plusieurs issues possibles et nous ne savons pas quelle est la meilleure voie. Nous ne sommes pas Dieu et sa vision des choses n’est pas la même ! Et c’est là qu’il nous faut prendre le temps d’écouter la voix de l’Esprit pour savoir comment prier, dans quel axe. Je me suis retrouvé devant des personnes en service de réanimation, et croyez-moi, vous ne savez pas quelle prière faire monter au ciel…

Romains 8/26-27 De même aussi l’Esprit nous aide dans notre faiblesse, car nous ne savons pas ce qu’il nous convient de demander dans nos prières. Mais l’Esprit lui-même intercède par des soupirs inexprimables; et celui qui sonde les coeurs connaît quelle est la pensée de l’Esprit, parce que c’est selon Dieu qu’il intercède en faveur des saints.

Il est donc normal que nous ayons des moments dans la prière où nous ne savons plus vers où aller et il est bon de juste laisser l’Esprit travailler notre cœur, écouter cette voix dans notre esprit, parler en langues.

Il est possible alors que votre vie de prière se transforme en actes à accomplir. Au lieu d’attendre indéfiniment l’exaucement divin, il vous mettra peut-être à cœur d’envoyer une lettre à quelqu’un que vous avez à coeur, une attention personnalisée, d’aller lui imposer les mains, de lui remettre une brochure, un évangile, tout est possible avec Dieu mais rappelons-nous que nous sommes entre Ses mains, cela veut dire qu’il peut nous utiliser comme il le souhaite.

Le Seigneur nous demande de prendre part à notre prière, d’être devant lui comme un sacrifice vivant, finalement d’être un canal pour l’exaucement. Ne faisons pas n’importe quoi de nos corps car nous sommes le temple du Saint-Esprit et la moindre interférence peut brouiller cette voix de l’Esprit en nous. En accomplissant la volonté de la chair, nous n’accomplissons pas celle de Dieu.

Le cœur en paix et le corps saint, l’esprit clair, la pensée renouvelée permettent au Saint-Esprit de nous faire comprendre la volonté divine. Ce n’est déjà pas facile de la comprendre quand on est agité par des tas de pensées, stressé, en ayant délaissé la relation avec le Seigneur.

Jésus dira avant la croix : « non pas ma volonté, mais la tienne » (Luc 22/42)

Jésus connaissait bien la volonté du Père, et elle était difficile à vivre. Peut-être allez-vous avoir ce même type de prière bientôt en ayant reçu ce que Dieu voulait faire avec vous dans votre propre vie. Peut-être vous demande-t-il de faire quelque chose depuis longtemps et que cela vous coûte. Il vous place aussi devant la croix, lieu du sacrifice…

Des exemples :

  • Donner ou revendre des objets auxquels vous attachez trop d’importance
  • Entrer dans un service qui vous fait peur humainement parlant
  • Régler un conflit avec une personne
  • Ou se séparer de personnes néfastes pour votre vie spirituelle
  • Lâcher les réseaux sociaux qui prennent votre temps
  • Se détacher d’un compromis, d’un projet dans lequel Dieu ne vous veut pas
  • Cesser un péché qui est installé comme une habitude dans votre vie

Esdras 10/11 Confessez maintenant votre faute à l’Eternel, le Dieu de vos pères, et faites sa volonté ! Séparez-vous des peuples du pays et des femmes étrangères.

Plus qu’on ne le pense, il y a des prières qui doivent être accompagnées d’action de notre part. Et l’on pourra se réjouir de ce que la prière fonctionne, parce que l’on est plus en connexion avec Dieu, dans sa volonté.

Benjamin LAMOTTE-AUGRIS

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.