Vous n’êtes que des sarments


Lire Jean 15/1-8

Nous avons au verset 7 une promesse :

Jean 15/7 : « Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez ce que vous voudrez, et cela vous sera accordé. »

En lisant un tel verset, on aperçoit le décalage entre la théorie et la pratique. Et cela peut nous décourager car on se dit, c’est trop facile et en même temps, on ne le vit pas.

Cette promesse est conditionnée. Pour que cette promesse se réalise, que faut-il faire ?

  1. Demeurer en Jésus
  2. Faire demeurer ses paroles en nous

C’est déjà là la partie moins facile. Bien souvent, nous laissons Jésus nous visiter mais il ne demeure pas en nous. Nous écoutons ses paroles chaque dimanche et les lisons chaque matin ou chaque soir mais elles ne demeurent pas en nous, elles passent d’une oreille à l’autre comme le dit l’expression. Nous devons comprendre que nous ne sommes que des sarments et que nous ne pouvons pas vivre seuls, subvenir à nos besoins spirituels quotidiens par nous-mêmes !

  • Demeurer dans un lieu : ne pas sortir de la chambre de la prière avant d’avoir laissé Dieu nous parler. Ne pas partir dans ses pensées pendant que le prédicateur prêche !
  • Demeurer dans le temps : Ne pas partir tant que l’onction, la bénédiction n’est pas reçue.

Cela nous évoque la réciprocité que nous devons mettre en place dans notre vie : s’occuper de l’accueil Jésus en nous, s’occuper des affaires de notre Père et Dieu prendra soin du reste (voir la base de Matthieu 6/33)

Plus nous serons dans la présence de Dieu, plus nous serons imprégnés de ses paroles, de sa pensée, de sa volonté et plus cela influencera notre vie de prière en accord avec la volonté divine. Et oui, la promesse sera vécue.

Et on revient au fait de garder la Parole de Dieu dans notre vie. Vous êtes purs à cause de la Parole : il vient purifier nos pensées, nos intentions,  Déjà vous êtes purs, à cause de la parole que je vous ai annoncée.

La nature du cep se répand dans le sarment. Nous ne sommes pas seulement attachés mais nous faisons partie du cep. C’est le cep qui va donner la direction, la substance de vie mais pas l’inverse.

Nous avons l’exemple de Jésus qui est resté dans l’accomplissement des paroles de son Père, il a été toujours exaucé.

Jean 11/41-42 : « Et Jésus leva les yeux en haut, et dit : Père, je te rends grâces de ce que tu m’as exaucé. Pour moi, je savais que tu m’exauces toujours »

Poussons dans le bon sens, portons des fruits dans notre témoignage, dans notre service pour Dieu et nous disposerons le cœur du vigneron à nous bénir.

Jésus dit Je suis le cep, vous êtes les sarments. Soyons à notre place dans la prière et prions cette phrase du notre père « Que ta volonté soit faire sur la terre comme au ciel ! »

Benjamin LAMOTTE

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *