Ne nous relâchons pas !


Luc 18/1 : « Jésus leur adressa une parabole, pour montrer qu’il faut toujours prier, et ne point se relâcher. »
Toujours prier… Vous avez surement conscience qu’il faut prier très régulièrement et souvent pour avancer dans la vie. Mais avec le temps, le découragement peut venir, la lassitude aussi.
La parabole que Jésus raconte donne l’image d’une veuve importunant un juge. Une autre image qui correspond plus à notre relation avec Dieu serait celle d’un enfant importunant son père.

Comme des enfants, nous pouvons demander, demander et demander encore, il nous donne ce droit par Jésus-Christ !

…mais bien prier !

Nous ne pouvons pas prier à tort et à travers. Il nous faut reconnaître la souveraineté de Dieu et le craindre. Il faut bien demander, non selon notre volonté, nos désirs mais en accord avec la volonté de Dieu :

Jacques 4/3 : Vous demandez, et vous ne recevez pas, parce que vous demandez mal, dans le but de satisfaire vos passions.

Aller jusqu’au bout du combat

La veuve ne s’est pas arrêtée, elle est allée jusqu’à ce qu’elle obtienne. On retrouve souvent cette attitude de détermination dans la Parole.

Je ne te laisserai point aller, que tu ne m’aies béni. (Genèse 32/26)

Il fallait frapper cinq ou six fois ; alors tu aurais battu les Syriens jusqu’à leur extermination ; maintenant tu les battras trois fois. (2 Rois 13/18-19)

Vous couriez bien : qui vous a arrêtés, pour vous empêcher d’obéir à la vérité ? (Galates 5/7)

Ce sont les violents qui s’emparent du royaume de Dieu. Ceux qui en veulent ! Ceux qui ne sont pas satisfaits spirituellement et désirent voir les promesses de Dieu se réaliser dans leur vie.

Prier, c’est demander justice

  1. 7-8 : Et Dieu ne fera-t-il pas justice à ses élus, qui crient à lui jour et nuit, et tardera-t-il à leur égard ? Je vous le dis, il leur fera promptement justice.

Dans ce texte, il y a la dimension de justice. Cela nous rappelle les paroles de Jésus que nous pouvons approprier à la prière : Cherchez d’abord le royaume et la justice de Dieu. Le Notre Père commence par cela : « que ton règne vienne ».

Rechercher la justice, c’est la demander, demander à Dieu que cette justice s’applique sur terre. C’est aussi l’appliquer à notre échelle autour de nous. Les élus de Dieu crient jour et nuit pour que Dieu fasse justice.

Mais quelles sont les injustices ?

Il y a des injustices humaines :

  • Que des enfants soient dans la rue et que des enfants du roi des rois s’occupent de leur confort personnel.

Il y a des injustices spirituelles :

  • Une injustice très grande : que des âmes continuent à aller en enfer alors que certains s’occupent du coussin de leur chaise dans l’église.
  • Que Satan arrive encore à jouer avec les âmes comme il fait.

Nous avons besoin de demander la grâce de Dieu sur nous et sur le pays :

Comme dans le livre de Joël. Avant que Dieu promette les visions, les songes, le Saint-Esprit, il a fallu que le peuple change d’attitude, se remette en question.

2/17-18 Qu’entre le portique et l’autel Pleurent les sacrificateurs, Serviteurs de l’Eternel, Et qu’ils disent : Eternel, épargne ton peuple ! Ne livre pas ton héritage à l’opprobre, Aux railleries des nations ! Pourquoi dirait-on parmi les peuples : Où est leur Dieu ? L’Eternel est ému de jalousie pour son pays, Et il épargne son peuple.

Où est leur Dieu ? C’est une question qui m’interpelle toujours.

Par quoi notamment ceux qui m’entourent peuvent voir Dieu dans ma vie ?

Par une prière persévérante, dans la volonté de Dieu, qui appelle le royaume et la justice de Dieu dans ma vie et sur terre.

Soyons fervents et puissamment visités pour aller chercher les bénédictions que Dieu veut donner à chacun de vous, à son Eglise, au monde au travers de vos prières. Ne nous relâchons pas !

Benjamin LAMOTTE

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *