Le réflexe de la prière


Ne vous inquiétez de rien; mais en toute chose faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces. Philippiens 4/6 

Paul commence son exhortation à la prière par : « Ne vous inquiétez de rien. » Dans les moments de persécution, de dispersion, de conflit avec les chefs de la loi juifs,  alors que l’on maltraite les responsables spirituels, le peuple de Dieu, composé en grande partie de nouveaux convertis, devaient souvent être en proie à l’inquiétude.

Nous avons une illustration de cette exhortation dans le livre des Actes 4/23-33.

Pierre et les apôtres reçoivent l’interdiction de prêcher l’Evangile. En racontant cela aux fidèles, ils auraient pu se morfondre, rester dans cette fatalité qui s’abattait sur eux, ne plus rien faire et laisser l’inquiétude de la situation envahir leur cœur.

Qu’ont-ils fait ? Quelle a été leur réaction ?

Quelle est votre réaction face à un problème ? Face à une situation inextricable qui s’abat sur vous, lorsque vous apprenez une mauvaise nouvelle, vous laissez-vous atteindre au point de rester figé par l’inquiétude ?

Il nous faut acquérir le réflexe de la prière. Pour toute chose, nous pouvons élever la voix vers notre Dieu et lui confier nos inquiétudes, remettre entre ses mains la situation.

«v.24 Lorsqu’ils l’eurent entendu, ils élevèrent à Dieu la voix tous ensemble »

Luc ne nous décrit pas s’il y a eu une pointe d’abattement, il nous décrit le réflexe de la prière. Dès qu’ils entendent, ils ne laissent pas le temps de laisser cela arriver au cerveau, à la réflexion, à la raison qui cherchera des solutions humaines de contournement.

1 Thessaloniciens 5/16-22 Soyez toujours joyeux. Priez sans cesse. Rendez grâces en toutes choses, car c’est à votre égard la volonté de Dieu en Jésus-Christ. N’éteignez pas l’Esprit. Ne méprisez pas les prophéties. Mais examinez toutes choses ; retenez ce qui est bon ; abstenez-vous de toute espèce de mal.

Pour être joyeux, il faut toujours prier, avoir cela réflexe de prier. Puis ne pas oublier de rendre grâce à Dieu même pour la situation qui est présente car Dieu l’a permise.

N’éteignez pas l’Esprit, par vos pensées et vos inquiétudes qui prennent la place.

Ne méprisez pas les prophéties, en cherchant par tous les côtés comment résoudre le problème.

Retenez ce qui est bon, laissez les paroles d’abattement et ce qui est de l’humain. Concentrez-vous sur Dieu, sa Parole, sa Solution, sa Volonté !

Le réflexe de la prière, ce n’est pas refuser la réalité, c’est donner à Dieu la possibilité de changer cette réalité.

Faites connaitre vos besoins. Dieu les connait mais il attend que vous veniez lui dire, confesser que sans lui, vous ne pouvez rien. Comme un père qui voit son enfant en train d’essayer d’ouvrir la porte du placard pour prendre ses gâteaux préférés. Avant de tomber par vos efforts, laissez-vous porter dans ses bras.

Vous avez des besoins de toutes sortes. Ne négociez pas, ne discutez pas, ne vous inquiétez pas, mais faites connaître vos besoins à Dieu avec foi, en rappelant sa Parole. Faites votre part, venez à sa rencontre et Dieu donnera ce qui manque.

1 Samuel 7/12 « Samuel prit une pierre, qu’il plaça entre Mitspa et Schen, et il l’appela du nom d’Eben-Ezer, en disant: Jusqu’ici l’Eternel nous a secourus. »

L’Eternel les a secourus parce que Samuel avait le réflexe de la prière avant de livrer bataille aux Philistins, aux ennemis, avant de faire quoi que ce soit.

Mitspa (tour d’observation), Schen (Rocher à pic). Entre deux hauts lieux, Samuel pose une pierre. Dans la difficulté de la vallée, Dieu nous secourt si nous l’appelons, ayons ce réflexe !

Benjamin LAMOTTE

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *