La joie : un remède divin


Un cœur joyeux est un bon remède, Mais un esprit abattu dessèche les os. Proverbes 17:22

Nous pouvons chercher beaucoup de remèdes à tellement de maux sur cette terre. Dépression, moral en berne, tristesse, haine, violence, suicide, cancer, parkinson, …

Un des remèdes pour rester en santé, c’est d’avoir un cœur joyeux.

Comment avoir un cœur joyeux ?

Certainement pas en buvant quoiqu’un peu de vin soit bon pour le cœur et l’estomac. Mais ce n’est pas une joie que l’on créé qui va être ce remède. Ce n’est donc pas non plus en allant dans un séminaire de rigologie, thérapie par le rire forcé.

Pour avoir un cœur joyeux, il faut que cela atteigne notre cœur, que cela nous touche au plus profond et transforme notre être entier, nos sentiments, notre caractère, c’est la joie du salut.

Nous qui étions dans les ténèbres, aveuglés sans savoir quelle était la destinée de notre vie, faisant la course contre la mort, les difficultés, les blessures, la lumière a pointée dans notre monde. Le Fils de Dieu en personne s’est fait homme pour nous comprendre et prendre tout notre péché en mourrant sur la croix comme un sacrifice pour chacun de nous, à notre place.

Nous étions condamnés à la mort éternelle, l’enfer car nous avions rejeté Dieu. Mais l’espoir a lui dans le noir et la Bonne Nouvelle du salut de Christ en croyant simplement en lui nous a donné la joie ! La joie qui descend du ciel sur notre vie !

Psaumes 35:9 Et mon âme aura de la joie en l’Eternel, De l’allégresse en son salut.

Déjà, à l’époque, alors que Dieu agréait les sacrifices d’animaux, la joie de savoir qu’il passerait l’éternité avec Dieu réjouissait le cœur du psalmiste.

Et vous, chrétiens de longue date, avez-vous encore cette joie simple et naturelle de votre salut ? Ou êtes-vous tellement découragés, accaparés par autre chose que vous êtes noyés dans la tristesse ?

Demandez à Dieu un renouvellement de ce salut que nous ne pouvons pas négliger, il est si grand. Psaumes 51:12 Rends-moi la joie de ton salut, Et qu’un esprit de bonne volonté me soutienne !

La joie du Seigneur est ma force

Cette joie doit être un sentiment divin qui doit nous soutenir au quotidien et nous permettre de traverser les épreuves en se disant : « De toute façon, quoiqu’il arrive, je sais que je suis sauvé. Tout peut m’arriver sur cette terre, j’ai cette joie de voir le ciel et l’éternité. »

Et c’est même plus qu’un sentiment, cela doit devenir un fruit que l’Esprit-Saint produit en nous. Mais le fruit de l’Esprit, c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité…Galates 5/22

Avez-vous remarqué que c’est le deuxième ? Après avoir reçu et compris l’amour de Dieu envers nous, nous recevons sa joie, puis sa paix !

Cessez d’être abattu : ne vous affligez pas, car la joie de l’Eternel sera votre force. Néhémie 8/10.

La joie de Dieu vous soutient-elle ?

Prenez ce médicament, le PH4/4, vous ne connaissez pas ? Allez voir dans Philippiens 4/4 « Réjouissez-vous toujours dans le Seigneur ; je le répète, réjouissez-vous. »

Paul insiste. La joie doit faire partie de nos vies non pas à certains moments où tout va bien mais le plus grand défi est de se réjouir dans l’épreuve. Nombre de chrétiens, malgré la peine du moment du deuil d’un frère ou soeur, éprouve en même temps cette joie de savoir ce proche au ciel, dans l’éternité…

La joie dans la douleur

Lisez les Béatitudes dans Matthieu 5, voyons ensemble les versets 11 et 12 Heureux serez-vous, lorsqu’on vous outragera, qu’on vous persécutera et qu’on dira faussement de vous toute sorte de mal, à cause de moi. Réjouissez-vous et soyez dans l’allégresse, parce que votre récompense sera grande dans les cieux ; car c’est ainsi qu’on a persécuté les prophètes qui ont été avant vous.

Comme la joie de Dieu vient du ciel, pour la vivre, il faut considérer tout ce qui est céleste et vivre dans l’espérance du retour de Christ et de cette vie éternelle qui est devant nous où la félicité sera complète.

Etienne l’a vécu réellement : Actes 7/55-56 Mais Etienne, rempli du Saint-Esprit, et fixant les regards vers le ciel, vit la gloire de Dieu et Jésus debout à la droite de Dieu. Et il dit : Voici, je vois les cieux ouverts, et le Fils de l’homme debout à la droite de Dieu.

Cela peut paraître fou pour ceux qui ne connaissent pas Dieu. Il faut noter que cela n’empêche pas la douleur d’être présente et que nous ne mourrons pas volontairement comme les kamikazes qui croient qu’en mourant, ils hériteront le ciel. Comment Dieu pourrait aimer voir ses créatures se donner la mort. La mort appartient à Dieu et c’est lui qui décide lorsque nous devons quitter cette terre.

Mais en attendant, vivons dans la joie de Dieu ! Car la joie, ça se communique !

Dès maintenant, remerciez-le en le louant pour son salut, pour ce qu’il est, pour ce qu’il fait, pour ses bontés et ses grâces renouvelées à notre égard chaque jour que Dieu fait, pour la vie qu’il nous donne, pour les œuvres qu’il a préparé d’avance pour nous.

La louange contribue à fortifier notre joie en Dieu puisque nous nous efforçons de trouver des sujets de louange envers lui et lorsque nous considérons tout ce qu’il est, ce qu’il fait, il ne peut y avoir que la joie qui s’instaure en nous.

Benjamin LAMOTTE

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *