Il faut que Jésus croisse et que je diminue


« Il faut qu’il croisse, et que je diminue. » Jean 3/30.

Une parole bien connue qu’il nous faut mettre en pratique car Jean Baptiste est l’exemple qui laisse la place totale à Jésus. Dans notre vie, nous devons aussi laisser la place à Jésus dans tous les domaines de notre vie. Mais ce n’est pas toujours facile.

Jésus qui vient prendre la place car il est le Messie, le Fils de l’homme mais aussi le Fils de Dieu, nous montre aussi l’exemple de diminuer en tant qu’homme par rapport à son Père. C’est extraordinaire, celui qui devait recevoir la gloire s’est fait humilité, celui qui pouvait en imposer s’est laissé crucifier.

Ne nous méprenons pas, nous sommes appelés à progresser spirituellement et à croître, mais cela ne peut se faire qu’en Christ. Ce qui doit diminuer, c’est tout ce qui a trait à la chair, à l’orgueil, à l’égo…

Beaucoup de séminaires aujourd’hui et de prédicateurs amènent les chrétiens à travailler sur eux et à se concentrer sur eux (l’épanouissement personnel, l’estime de soi retrouvée, la bonne santé émotionnelle). Mais nous devons plutôt nous concentrer sur Christ pour que le travail sur nous se fasse véritablement.

–          Il faut que Sa personne croisse, et que mon égo diminue (Galates 2/20 : « J’ai été crucifié avec Christ ; et si je vis, ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ qui vit en moi »)

C’est un des points les plus difficiles car c’est le premier obstacle de la chair qui veut exister. Pourtant, Jésus demande le droit de régner sur toute notre vie, même les parties les plus intimes. Il est omniscient, nous ne pouvons rien lui cacher. Notre moi doit être mort et laisser Christ faire l’œuvre de résurrection en apportant son caractère, ses sentiments, ses fruits !

Philippiens 2/5-7 : « Ayez en vous les sentiments qui étaient en Jésus-Christ,  lequel, existant en forme de Dieu, n’a point regardé comme une proie à arracher d’être égal avec Dieu, mais s’est dépouillé lui-même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes »

–          Il faut que Sa volonté croisse et que la mienne diminue  (Luc 22/42 : « Père, si tu voulais éloigner de moi cette coupe ! Toutefois, que ma volonté ne se fasse pas, mais la tienne. »)

Parmi ce qui nous compose, il y a la volonté. Cette volonté nous permet de diriger notre vie comme nous l’entendons. Lorsque nous sommes à Christ, cette volonté doit s’accorder à celle de Dieu. Et même si nous connaissons la volonté de Dieu, il se peut que nous ne voulions pas passer par certains moments comme celui de la croix. Mais c’est justement en passant par cette volonté que nous entrerons réellement dans la destinée de Dieu pour nous.

–          Il faut que Son enseignement croisse et que ce que je pense diminue

Il faut que Sa Parole croisse et que les miennes diminuent (Jean 12/49 : « Car je n’ai point parlé de moi-même ; mais le Père, qui m’a envoyé, m’a prescrit lui-même ce que je dois dire et annoncer. »)

Des convictions, on en a. En fonction de notre parcours dans cette vie, il y a de nombreuses conceptions, manières de voir qui se sont forgées en nous comme des murs inébranlables. Seulement, à la lumière de la Parole de Dieu, ces murs s’effritent car tout ce que nous pensons ne vient pas forcément de la Parole de Dieu

Hébreux 4/12 : « Car la parole de Dieu est vivante et efficace, plus tranchante qu’une épée quelconque à deux tranchants, pénétrante jusqu’à partager âme et esprit, jointures et moelles ; elle juge les sentiments et les pensées du cœur. »

Plus sa Parole poussera en nous, plus elle montera dans nos pensées face à toutes les situations de la vie et c’est elle qui prédominera lorsque nous serons confrontés à des discours opposés ou différents. Ne laissez pas les épines et les ronces de vos pensées prendre le dessus !

2 Corinthiens 10/5 : « Nous renversons les raisonnements et toute hauteur qui s’élève contre la connaissance de Dieu, et nous amenons toute pensée captive à l’obéissance de Christ. »

–          Il faut que Sa gloire croisse et que la mienne diminue (Jean 8/54 : « Jésus répondit : Si je me glorifie moi-même, ma gloire n’est rien. C’est mon Père qui me glorifie, lui que vous dites être votre Dieu »)

Aucune gloire ne peut nous revenir puisque ce que nous pouvons faire et accomplir dans cette vie vient de la bonne volonté de Dieu de nous donner la vie et de nous donner les capacités. Qu’un autre te loue dit la Bible. Redonnons la gloire à qui elle appartient. Le Notre Père nous l’enseigne et Jésus nous montre l’exemple. Il a retrouvé sa gloire dans le ciel, comme nous aurons la nôtre dans le ciel au travers de notre corps.

Matthieu 5/16 : « Que votre lumière luise ainsi devant les hommes, afin qu’ils voient vos bonnes œuvres, et qu’ils glorifient votre Père qui est dans les cieux. »

Mais ce n’est pas chose facile que d’accepter de diminuer, Jésus nous y invite car c’est une clé du royaume des cieux : « Car quiconque s’élève sera abaissé, et celui qui s’abaisse sera élevé. » (Luc 18/14). Cette clé pour notre vie nous permettra d’être de réels disciples de Jésus. Le savoir et la connaissance du maître imprègnent le disciple jusqu’à ce que le disciple soit accompli. Jusque dans l’éternité, laissez Jésus grandir en vous pour acquérir la stature parfaite de Christ !

Que votre prière ne soit pas : « que je grandisse » mais : « Seigneur, que tu grandisses en moi ! » Cela fait toute la différence…

Benjamin LAMOTTE

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *